lun 27 février - 20:30 - Théâtre du Casino Barrière

Saison culturelle : Nijinski - "Les Cahiers"

Nijinski, le plus prodigieux danseur de son époque, bascula dès l’âge de trente ans dans la folie. Il parvint dans ses moments de lucidité à rédiger un journal et des carnets bouleversants de sincérité et de lucidité.

Ce spectacle pour un soir ressuscite sur la scène du Théâtre du casino de Deauville Nijinski, qui s’y est produit à plusieurs reprises du 6 au 21 août 1912, lors de la saison inaugurale du casino de Deauville.

Lors de l’hiver 1918, Nijinski commence à écrire sur de petits carnets le témoignage bouleversant d’une vie de création faite de gloire et de souffrances. Quelques mois après, il est interné dans différentes cliniques psychiatriques où il passera les trente dernières années de sa vie. Dans ses carnets, Nijinski partage ses doutes, ses convictions et revient sur sa relation complexe et tumultueuse avec Diaghilev. Nijinski témoigne de son questionnement religieux, de sa relation à Dieu et livre avec exaltation comment il danse et comment il s’est consumé jusqu’à la folie.
Celui qui éblouissait le public de sa technique, de ses envols et qui maîtrisait à la perfection cet art de l’équilibre propre aux plus grands danseurs, vacille alors irrémédiablement et bascule comme à l’intérieur de lui-même. Pour illustrer cette bascule, Daniel San Pedro et Brigitte Lefèvre utilisent la métaphore et mettent en scène ce monologue sur un grand plancher incliné, en dédoublant le personnage de Nijinski : un comédien, Clément Hervieu-Léger de la Comédie-française et un danseur de l’Opéra de Paris, Jean-Christophe Guerri, tous deux interprètes de ce danseur de légende. Ils évoquent avec les mots, avec les gestes, l’univers mental de Nijinski, sa quête de vérité, ses pensées. Entre normalité et déviance, ils rejoignent la figure d’Antonin Artaud, autre suicidé de la société, qui fut aussi un artiste en conflit avec son double.


Texte de Vaslav Nijinski - Texte français et adaptation : Christian Dumais-Lvowski - Mise en scène : Daniel San Pedro et Brigitte Lefèvre - Avec : Clément Hervieu-Léger de la Comédie-française et Jean-Christophe Guerri de l’Opéra de Paris I Scénographie : Daniel San Pedro et Brigitte Lefèvre - Assistés de Camille Duchemin - Spectacle donné en accord avec la fondation Vaslav et Romolà Nijinski - Version intégrale traduite avec Galina Pogojeva – Editions Actes Sud (1995) - Production : Théâtre de l’Ouest parisien / Boulogne-Billancourt.