Jérôme GARCIN

Journaliste, écrivain, Président du jury du Festival Livres & Musiques

En Normandie, le cavalier et l'écrivain ne font qu'un

La Normandie est une terre familière à Jérôme Garcin. Un arrière-grand-père originaire de Rouen lui a donné ses racines normandes. Les étés de son enfance, dans le Bessin, sur la plage de Saint-Laurent-sur-Mer, ont foulé et creusé le sable encore truffé de vestiges de cette année 44 où on l'avait rebaptisé : Omaha Beach. Au début des années 1980 il a connu les plages méditerranéennes, depuis la maison de Ramatuelle acquise par Gérard Philipe, le père trop tôt disparu d'Anne-Marie Philipe son épouse. Au début des années 1990, il renoue avec la Normandie, sur le désir d'Anne-Marie Philipe, de retrouver les étendues et les lumières des grandes plages belges de sa jeunesse. C'est d'abord, à Trouville, puis dans le Pays d'Auge, que Jérôme Garcin renoue aussi avec le cheval, une passion qui lui donne le goût d'écrire pour lui-même. Pour celui qui fut journaliste à 19 ans et écrivain, en 1992, à 36 ans  : "Il m'a fallu la Normandie et le cheval pour écrire sur le tard." Depuis, en Normandie, le cavalier et l'écrivain ne font qu'un.

Pour l'animateur-producteur du Masque et la Plume, goûter Deauville, c'est aussi partager son offre culturelle et la relation historique de la ville avec le cheval. Ces deux passions se mêlent le soir venu, en avril et en août, lors des concerts des deux festivals de musique classique de Deauville. Dans l'acoustique idéale de la salle Elie de Brignac, dévolue aux ventes de chevaux, où les musiciens font chanter le crin de leurs archets. Depuis 2004, un Salon du livre, devenu festival littéraire de 3 jours, rassemble et célèbre chaque année en mai, les écrivains qui entretiennent une relation avec la musique. A cette occasion, un prix "Livres & Musiques de Deauville" est remis chaque année par un jury d'écrivains et de musiciens que préside Jérôme Garcin.