ANDRÉ HAMBOURG

Peintre

© Claudine Vazeille
© André Hambourg - collection Ville de Deauville
© André Hambourg - collection Ville de Deauville

Un peintre amoureux de la Normandie

Auteur d’une production considérable estimée à environ 12000 œuvres, le peintre de la marine, lithographe, dessinateur et correspondant de guerre André Hambourg a développé un art figuratif qui a trouvé de nombreuses sources d’inspiration le long de la Côte Fleurie. La vie d’André Hambourg semble se confondre avec le XXe siècle. Né en 1909 à Paris, il en peint les rues dès sa jeunesse. Très jeune, il voyage beaucoup et rapporte de ses séjours de nombreux dessins préparatoires à la suite de ses études à l’Ecole Nationale des Beaux Arts. Il participe très tôt à divers Salons, avant de remporter le prix Abd-el-tif en 1933 qui lui offre son premier séjour en Algérie où il demeure jusqu’aux années de guerre.
Il est nommé correspondant de guerre en janvier 1945, puis peintre officiel de la Marine en 1952, époque durant laquelle il partage sa vie entre ses sujets favoris : la côte normande et Saint-Rémy-de-Provence. Ces séjours lui ont apporté le goût de la lumière qui lui donna un dessin plus personnel, plus vif, à moins que cela ne soit la pratique du croquis pendant la Guerre. Dès la fin des années 40, il éprouve le désir de représenter les autres dans une agitation un peu désordonnée dont seul le peintre sait restituer l'unité.
André Hambourg dès 1947 et 1948 a l’opportunité, avant même sa nomination officielle comme peintre de la Marine d’embarquer sur le Richelieu et de sillonner la Méditerranée. Il travailla également à bord du De Grasse en 1963 et du Colbert en 1966 en Méditerranée orientale. Deux campagnes à bord du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc et de sa conserve le Commandant Bourdais en 1983-84 puis 1985-86 lui permirent de faire le tour du monde. Enfin, pour fêter le centenaire de la statue de la Liberté en 1986, la Jeanne et le Boudais traversèrent l’Atlantique pour participer aux célébrations à New-York, avec André Hambourg à leur bord.
 
ANDRE HAMBOURG ET DEAUVILLE
Dès 1982 le peintre loua la cabine 181 sur les planches de Deauville, dans laquelle il est venu observer et peindre le Deauville populaire « à l’écart de l’agitation mondaine, dans un endroit tranquille ». En effet, depuis son premier séjour en 1949, André HAMBOURG aimait s’installer sur le sable ou sur la digue pour peindre la Lumière de Deauville ou de Trouville. En 1965, il organisa même une exposition particulière Deauville à la galerie Wally Findlay à New York.
 
QUELQUES DATES
1937 : Premier séjour à Honfleur.
 
1947 : Séjour à Honfleur puis à Saint Rémy de Provence, où il sauve le champs d’oliviers peint par Van Gogh. Première mission en mer à bord du Richelieu
grâce à Bizette-Lindet.
 
1976 : Normandie, création de 5 mosaïques pour trois établissements scolaires de Deauville et de Trouville.
 
1979 : Inauguration de la salle Hambourg au musée de Trouville suite à une donation de l’artiste.
 
1988 : Inauguration au musée Eugène Boudin à Honfleur de l’étage consacré à la donation Hambourg – Rachet
 
2009 : A l'occasion du 10e anniversaire de sa disparition, Philippe Augier, Maire de Deauville dévoile une plaque en hommage au peintre sur la cabine 181, devenue "Cabine André Hambourg".
 
2011 : Souhaitant assurer la conservation, la pérennité et la mise en valeur des œuvres de son mari, Nicole Hambourg lègue à la Ville de Deauville 538 huiles sur toile de son époux, peintes entre 1925 et 1999. En recevant cette donation, la Ville de Deauville s’est engagée à ouvrir à Deauville un lieu muséographique de conservation et d’exposition permanente et temporaire des œuvres.Le Musée André Hambourg s'installera au sein des Franciscaines, futur lieu de convivialité et de culture, dont l'ouverture est prévue en 2019.
 
2012 : Une première exposition est organisée au Centre International de Deauville avec une centaine d'oeuvres.