Deauville, sur les pas des créateurs...

Circuit Pédestre

Au fil de son histoire, Deauville a aussi forgé sa personnalité. Style unique dont elle a le secret, parfois extravagante, toujours accessible, elle séduit par son naturel et sa désinvolture. Fidèle à cette image, elle rayonne et suscite la curiosité des personnalités de tous horizons. Parmi eux…

Claude Lelouch
1965 : le cinéaste s’échappe de Paris et arrive sur la plage de Deauville. Il voit une femme et son enfant se promenant tôt le matin. Il a son histoire… "Un homme et une femme" sort en 1966 et reçoit près de 50 récompenses internationales. Deauville devient l’éternel rendez-vous du romantisme.
Place Claude Lelouch
DEAUVILLE
Françoise Sagan
Deauville a joué un rôle particulier dans la vie de la romancière. Le 8 août 1958 au casino, elle mise sur le 8 et rafle 8 millions de francs, somme avec laquelle, à 8 heures du matin, elle achète la maison qu’elle louait près d’Honfleur.
Bar du Soleil
Les Planches
DEAUVILLE
Georges Simenon
Le 15 août 1931, Georges Simenon est invité à Deauville pour signer ses ouvrages. Il vient à bord de son yacht, l’Ostrogoth et s’amarre au bassin des Yachts. Lors de cette immersion dans Deauville, il fait provision d’images et de sensations. Il en tirera une nouvelle policière : "La Fleuriste de Deauville" et évoquera ce séjour en 1977 dans l’un de ses recueils de souvenirs : "Point-Virgule".
Bar du Soleil
Les Planches
DEAUVILLE
André Hambourg
Grand voyageur, le peintre vient à Deauville pour la première fois en 1949. 30 ans plus tard, il loue la cabine 181 sur les Planches pour peindre face à la mer. En 2011, Nicole Hambourg lègue à la Ville de Deauville une partie de l’oeuvre de son mari (531 tableaux). Deauville ouvrira un musée dédié au peintre aux Franciscaines, futur pôle culturel de Deauville.
Les Planches
Cabine 181
DEAUVILLE
Colette
En juillet 1952 et juillet 1953, délaissant les chaleurs de la Côte d'Azur, Colette prend pension à l'Hôtel Royal. Elle y séjourne en compagnie de Maurice Goudeket, son mari, et Pauline Tissandier, sa fidèle femme de chambre.
Hôtel Royal Barrière
Angle du boulevard Cornuché
DEAUVILLE
Jean Gabin
L’acteur a vécu à Deauville entre 1956 et 1974 et y a tourné certains de ses films. Il loue différentes villas, puis fait l’acquisition en 1961 de la Villa La Malmaison (à l’angle des rues Hunebelle et Victor Hugo), qu’il rebaptise La Grande Villa.
Angle rues Hunnebelle et Victor Hugo
DEAUVILLE
Isadora Duncan
"La danseuse aux pieds nus" se refugie à la villa Black & White (105 rue Victor Hugo) en 1914. Pendant son séjour, elle se portera volontaire pour soigner les soldats blessés.
Villa Black and White
105 rue Victor Hugo
DEAUVILLE
Armand Esders
En 1929, séduit par Deauville, Armand Esders y achète une Villa. Le Deauville des années 1930 va lui permettre de s'adonner pleinement a trois passions : l’automobile, le yachting et l’aviation.
Entre 1929 et 1931, il participe au financement de la rénovation et de l’agrandissement de l’Eglise Saint-Augustin.
Allée Armand Esders
Square de l'église Saint-Augustin
DEAUVILLE
Gustave Flaubert
Le célèbre écrivain français séjourne régulièrement à Deauville à la "Ferme du Coteau", acquise par son père en 1837, située à l’emplacement actuel de la Villa Strassburger. Il fut contraint de la vendre en 1874 pour régler les dettes de sa nièce.
Villa Strassburger
1 avenue Strassburger
DEAUVILLE
Jean-Pierre Melville
Lors de l’été 1955, le casse du casino inspire à Jean-Pierre Melville "Bob le flambeur", son premier film policier. Il avait écrit le scénario dès 1950 et attendait de pouvoir le tourner. Les 15 dernières minutes du film sont tournées sur la place et dans le casino. Le film devient culte et l'écriture très personnelle de Jean-Pierre Melville un univers de référence pour les réalisateurs américains des années 199O.
Casino Barrière de Deauville
Place du casino
DEAUVILLE
Vaslav Nijinski
En 1912, la soirée d’inauguration du Théâtre du Casino est confiée à Serge Diaguilev, impressario des Ballets Russes. Vaslav Nijinski danse ce soir-là "Le Spectre de la Rose".
Casino barrière Deauville
Place Yves Saint-Laurent
DEAUVILLE
Gabrielle "Coco" Chanel
Attirée à Deauville par son amoureux Boy Capel, la créatrice de mode y ouvre une boutique en 1913 (11 avenue Lucien Barrière). La créatrice trouve son inspiration sur les champs de courses, au tennis et sur le port.
Magasin La Villa Hommes
11 avenue Lucien Barrière
DEAUVILLE
Yves Saint-Laurent
Loin des mondanités, le couturier se ressource régulièrement à partir de 1976 au Château Gabriel, dessine et vit sa passion pour la décoration et l’horticulture. Mécène reconnu, il prend en charge en 1977 une partie de la restauration de l’église Saint-Laurent.
Place Yves Saint-Laurent
DEAUVILLE
Charles Adda
Guillaume Apollinaire, alors journaliste et critique d’art, a séjourné à Deauville en 1914 où il a réalisé une série de reportages sur la troisième grande saison culturelle de Deauville.
Place Claude Lelouch
DEAUVILLE
Eugène Cornuché
Guillaume Apollinaire, alors journaliste et critique d’art, a séjourné à Deauville en 1914 où il a réalisé une série de reportages sur la troisième grande saison culturelle de Deauville.
Angle boulevard Cornuché
et rue Mirabeau prolongée
DEAUVILLE
Fernand Leger
Guillaume Apollinaire, alors journaliste et critique d’art, a séjourné à Deauville en 1914 où il a réalisé une série de reportages sur la troisième grande saison culturelle de Deauville.
Les Planches
DEAUVILLE
Impératrice Eugénie
Guillaume Apollinaire, alors journaliste et critique d’art, a séjourné à Deauville en 1914 où il a réalisé une série de reportages sur la troisième grande saison culturelle de Deauville.
Quai de l'Impératrice Eugènie
DEAUVILLE
Guillaume Apollinaire
Guillaume Apollinaire, alors journaliste et critique d’art, a séjourné à Deauville en 1914 où il a réalisé une série de reportages sur la troisième grande saison culturelle de Deauville.
Hôtel Continental
1 rue Désiré le Hoc
DEAUVILLE
Eugène Boudin
Le précurseur de l’Impressionnisme fait construire à Deauville une maison en 1884 (8 rue Olliffe) où il passera les 14 dernières années de sa vie. Inspirés par la lumière si particulière, plusieurs générations de peintres se sont succédées à Deauville dont Kees Van Dongen, Raoul Dufy…
Digue en Pierre
DEAUVILLE