YVES SAINT LAURENT

Créateur de haute couture

En 1983, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé rachètent le Château Gabriel à Benerville-sur-Mer, où Proust a rencontré l'éditeur Gallimard. Grand admirateur de Marcel Proust, Yves-Saint-Laurent fait décorer par Jacques Grange, son château normand en hommage à l’écrivain. Toutes les chambres de la villa ont été nommées d'après les personnages de « La Recherche du temps perdu. »

Les habitués y ont leur chambre, Charlotte Aillaud est Oriane de Guermantes, Anne-Marie Muñoz est Albertine, Loulou et Thadée Klossowski sont les Verdurin, Madison Cox est Morel, Betty Catroux est Madeleine Lemaire, Yves Saint Laurent est Charles Swann et Pierre Bergé est le baron Palamède de Charlus.

« C'est mon havre entre deux tempêtes. Je viens ici pour reconstituer mes forces entre deux angoisses », confiait lors d'une rare interview Yves Saint Laurent. Loin des mondanités, le couturier aimait venir se ressourcer au Château Gabriel, dessiner et y vivre sa passion pour la décoration et l’horticulture. Mécène reconnu et voisin de la paroisse,  il avait pris en charge en 1977 une partie de la restauration de l'église Saint-Laurent de Deauville (notamment la toiture), une action qui lui a valu d’être fait citoyen d’honneur par Anne d’Ornano. En 1988, l’association des Amis de l’église Saint Laurent dote l’édifice d’une nouvelle cloche. Yves Saint Laurent en est le parrain et Anne d’Ornano la marraine. Aujourd'hui, la petite église du Mont-Canisy est inscrite à l'inventaire des Monuments historiques.

En septembre 2008, Philippe Augier, Maire de Deauville et Pierre Bergé inauguraient à Deauville la Place Yves Saint Laurent, à la croisée du Casino et du magasin Le Printemps. L’événement était inscrit dans le cadre des Journées du patrimoine dont le thème national était « Patrimoine et création ».  Un thème fait pour Deauville dont l’histoire est placée sous le signe de la créativité et des arts depuis plus d’un siècle.

« Le plus représentatif de cette soif d’aménagements horticoles rappelant Goethe, le prince de Ligne, tout le siècle des Lumières, est sans doute le parc du château Gabriel, qu’ils ont couvert des fabriques les plus ahurissantes. Fou de Visconti, dont il admirait particulièrement Mort à Venise, Saint Laurent aimait à songer sur le terrible destin de Louis II de Bavière. Avec Pierre Bergé, le rêve devint matière. Il fit planter des sapins et creuser un lac semblable à celui où le roi vierge s’était noyé. Un autre jour, Yves ayant apprécié India Song, de Marguerite Duras, on fit aménager une chambre identique au décor du film. Un autre jour encore, de retour de Leningrad (la ville s’appelait encore ainsi) où ils avaient parrainé la restauration des costumes de Catherine II, les deux amants élevèrent dans le parc du château Gabriel un pavillon de thé sur le modèle des datchas que Pierre le Grand se faisait construire sur l’isthme de Carélie. Avec leur touche personnelle toutefois. Si les rondins venaient de Sibérie (pourquoi ?), les fenêtres à vitraux étaient françaises et dataient du XIXe siècle. Quant à l’inspiration, elle venait, toujours, de Visconti… »

Fiona Levis, Auteur de Yves Saint Laurent, l’homme couleur de temps, aux Editions du Rocher