STYLES & AMBIANCES

Lorsqu'on se promène dans Deauville, villas, manoirs et batisses d'exception témoignent de l'histoire de la station balnéaire. Au travers de la diversité de styles, de leurs imbrications audacieuses parfois, Deauville illustre son identité créative unique.

Un musée à ciel ouvert !

 

© Béatrice Augier

Les chalets

Balcons de bois finement ciselés et grandes ouvertures

L’utilisation du terme "chalet" apparaît dès la création de la station. Ces références architecturales découlent de mouvement hygiéniste du milieu du 19e siècle. L’importance de la nature, de l’air pur, de la mer ou de la forêt, fondent alors un nouveau rapport au cadre de vie et à l’organisation de la maison autour de grandes ouvertures. Exemples : Villa Camelia – Boulevard Cornuché -Villa Sweet-cottage, 26 rue Jean Mermoz

© Béatrice Augier

Art nouveau & art déco

Béton brut, courbes et mosaïques

Au début du 20e siècle, les courants Art Nouveau et Art Déco vont se confronter avec le registre anglo-normand de la ville. Ces styles trouvent à Deauville quelques réalisations magistrales à l'écriture délibérément moderne. Exemples : La poste, rue Robert Fossorier - Les Bains pompéiens qui longe la promenade des Planches - Le Point de vue, Place des six fusillés - La Villa les Abeilles au 15, boulevard Cornuché.

© Centre International de Deauville

Les villas du second Empire

Briques et travail des matériaux

Ce sont les plus anciennes, les plus sobres, en brique monochrome ou polychrome, relevées en façades de pierres taillées, de niches, pilastres ou de bustes. Les effets sont créés par les modes de couverture (combles à surcroît, croupes, pénétrations, pignons…) et les matériaux employés (terre cuite naturelle ou vernissée, pierre calcaire et brique, faïences colorées, enduits et moellons hexagonaux…). Exemples : Villa Sainte Claire , siège de la Communauté de communes Cœur Cote Fleurie, 12, rue Robert Fossorier - Le Cercle, à l’angle de la Rue Jacques Le Marois et du Boulevard Cornuché - La Villa Suzanne, 11 Boulevard Cornuché.

© Delphine Barré

Le courant historiciste

Ecléctisme

Les bâtisseurs du 19è siècle ont la passion de l’histoire. Les villas balnéaires de Deauville de cette période, très éclectiques, mêlent des emprunts aux styles classique, italien ou flamand. L’engouement fort de ce siècle, pour la période médiévale, sous l’influence de théoriciens comme Viollet-Leduc, apporte cette dominante. La référence historiciste a fortement marqué l’architecture de la ville. Exemple : Villa le Paradou, 83, rue Victor Hugo

© Sandrine Boyer Engel

Le style normand

Pans de bois, damiers et couleurs

A la suite de ce mouvement historiciste, le style normand s’impose à Deauville, né de l’engouement pour plusieurs siècles de constructions rurales dans le Pays d’Auge : pans de bois, appareillages de briques en damier, utilisation du bois peint et jeux subtils de toitures… A partir des années 1920, le décor bois sera même réalisé en ciment peint. Exemples : L’hôtel Normandy, Place François André - La Mairie au 20, rue Robert Fossorier - La villa Strassburger au 1, Avenue Strassburger.