Politique du logement

Habiter & travailler à Deauville

La Ville de Deauville mène une politique volontariste en faveur du logement social depuis 2001 pour que le parc corresponde à la vitalité de la ville, à son développement, aux besoins des Deauvillais et de ceux qui y travaillent, principalement dans le domaine du tourisme. Elle dispose aujourd’hui d’un taux de 32% de logements sociaux.  La commune joue  son rôle face à la pression foncière, particulièrement forte à Deauville.

Au-delà des taux et du nombre d’appartements, la politique menée pour le développement de logements sociaux consiste à réfléchir sur la ville et les besoins de ses habitants, à rénover les logements anciens, assurer la mixité, organiser des lieux de vie et d’animation, imaginer les déplacements, veiller à la qualité des nouvelles constructions, à leur durabilité, à la maîtrise des loyers.

La Ville a fait un choix majeur : privilégier des constructions de petite taille dans le tissu urbain partout où c’est possible en veillant à la qualité de l’habitat et à son intégration.

Sa stratégie : constituer des réserves foncières par la préemption, ou l’acquisition amiable dans certains quartiers, rues qu’elle a préalablement identifiés, afin de mettre à la disposition des bailleurs sociaux des baux emphytéotiques. Elle a également entrepris depuis plusieurs années la rénovation du parc de logements anciens en organisant des opérations de démolition/reconstruction.

La Ville utilise tous les outils financiers et juridiques pour développer les programmes de logements. Ainsi, elle apporte son concours en garantissant les emprunts contractés par le bailleur social pour le financement de constructions ou rénovations. Tout récemment,  elle a choisi d’expérimenter la rénovation de bâti ancien en recourant à des baux à réhabilitation pour produire de nouveaux logements. Six ont été livrés en 2015.

Au sein de la Presqu’île de la Touques, la Ville a prévu en sa qualité d’aménageur, que 25% des logements construits soient affectés à des logements intermédiaires permettant de fixer une nouvelle population de résidents permanents sur le territoire communal